Non connecté
Se connecter Se connecter
[Visiteurs (1) - Connectés (2) ]
 
Capnore 2018 - 65km
 
Par berthali, le 17/06/2018.
 
Vous n'êtes pas inscrit sur Plani-Cycles.
Vous pouvez toutefois consulter les comptes-rendus, mais pour avoir accès à l'ensemble des informations et à tous les outils du site, créez un compte. C'est gratuit et sans engagement...
 
- Statistiques -
 
Genre : VTT . CR consulté : 991 fois.
 
 
 
Distance : 65 kms
Dénivelé : 2345 m+
Vit. moyenne : 10 km/h
Tps total : 08:30:00
Tps roulage : 06:20:00
Participants : GGG, Marc, 450 autres .
 
Niveau :    Sportif
 
Physique :
Technique :
Paysages :
Fun :
  Moyennes sur 1 note(s).
 
 
- Aperçus - Traces -
 
 
 
Fichiers disponibles :
- Fichier trace REELLE :  Charger ce fichier     Situer sur VTTrack
 
 
- Compte-rendu -
 
 

Les temps forts des 6h20 sur le vélo

 

Après attente quant à la météo et discussions sur qui faisait quoi, finalement seuls Jérôme et moi choisissons le 65km. Alain et Yann la joueront gros mollets en partant sur le 80km.

6h45, rendez vous dans la zone de départ avec Jérôme venu directement de Toulouse et moi, déposé par ma femme quelques minutes avant (on c'était trouvé une chambre à Caunes Minervois à 10 minutes). Nous aurons avec nous un invité, Marc, un collègue de Jérôme, pour rouler à trois.

C'est parti pour le 65km, et on est en prise tout de suite, sur les sentiers joueurs de proximité, différents de ceux de l'année dernière. Premier petit raidar, passage de 3 vitesses à la volée, et premier saut de chaîne qui passe entre la cassette et les rayons. Je me dis que ça va être galère si ça le fait tout le temps. On remet la chaîne en place et ça continue. Ça enchaîne déjà avec des petites montées/descentes. On traverse à plusieurs fois les ruisseaux sur les ponts aménagés. Ça commence bien. Tout le monde suit, nickel. On récupère un peu plus loin des traces pratiquées l'année dernière. En bas, le temps est idéal pour rouler, pas trop chaud, pas trop de vent, et surtout cette année aucune douleur/crampe au ventre. L'année dernière j'avais subi ces douleurs pendant presque tout la montée. On roule bien et après un peu moins de 2 heures, 16km et ~700m de D+ déjà, on arrive au premier ravito, avec la fameuse saucisse qui me tend les bras. On ne s'attarde pas trop et on repart. Les pourcentages qui suivent chauffent les cuisses, mais ça passe. Sans surprise on monte bien, avec des petites descentes de ci de là. Arrivés au Roc du Tonnerre on prend le vent de plein fouet. Il souffle, et fort. Ca déstabilise le vélo et on doit rester concentré, toujours en prise pour ne pas tomber/sortir de la trace. On voit devant nous le gros nuage qui englobe le Pic, notre but, avec le secret espoir que le brouillard parte avant qu'on arrive, mais l'espoir ne s'est pas concrétisé. Un peu plus haut, sur une piste, Marc crève à l'avant, et le préventif tout sec de sa roue ne pourra rien y faire. Petite séquence réparation avec pose de chambre à air, qui tiendra jusqu'au bout.

On continue pour arriver au 2° ravito vers 29km et déjà 1400m de D+ dans les jambes. La condition physique va bien, le rythme est régulier. C'est après que l'orga nous a réservé une petite dégringolade en sous bois. C'est magnifique. L'ambiance est top. Si seulement le sol avait pu être un poil plus sec, ça aurait été vraiment génial (surtout avec mon pneu arrière bien limé). On récupère ensuite la piste pour les derniers kilomètres et 300 derniers mètres de D+ avant le Pic.

Dès qu'on sort de la forêt et qu'on est à découvert, on prend la mesure du temps: brouillard, vent toujours fort, et température pas bien élevée. On avait prévu le coup en mettant le coupe vent au ravito pour ne pas être transi de froid. C'est maintenant la "délivrance", on est en haut (35 km et un peu plus de 1800m de D+). On nous pose la pastille sur la plaque pour montrer qu'on est bien monté. Cette année on ne va pas s'attarder au sommet: il n'y a aucune vue, ça caille et avec le brouillard ça mouille. On fait la photo souvenir, on enfile les protections, et hop, on descend, en faisant bien gaffe sur la toute première partie de ne pas se faire déporter par le vent.

Un peu plus bas, je me mettrai une petite boite sans conséquence, en finissant dans les genêts, après avoir glissé. Les passages en dessous en sous bois sont joueurs, mais bien glissants. J'avais choisi de garder pour la rando le pneu arrière limé plus renforcé pour éviter les crevaison, que le Toro bien cramponné mais plus fragile. C'était malgré tout un bon choix car dès qu'on ressort des sous bois à Pradelles Cabardes, le soleil a fait son retour, la température a du reprendre 10°. C'est le moment d'aller attaquer le troisième ravito, non sans passer par un bon raidar dans le village histoire de se mettre un bon coup dans les quadriceps.

Comme à l'habitude, saucisses grillées et autres plaisirs nous attendent sous la douceur du soleil légèrement voilé. On en profite pour repasser en tenue plus estivale, même si on garde les manches. 

C'est l'heure de repartir, et on sait ce qui nous attend: la montée aux éoliennes, en passant par le fameux ruisseau qui comme on s'y attendait n'était pas sec cette année, au contraire de l'année dernière. ce sont de jolies petites glissages qui nous attendent. D'ailleurs, Marc, qui avait posé le pied à terre à un moment, s'est fait un peu bousculer, et a fini à plat ventre dans le ruisseau. Heureusement, plus de peur que de mal, et pas de blessure, ni trop mouillé. Après quelques efforts supplémentaires on commence à entendre le bruit sourd et fort des éoliennes qui tournent. La forêt se dégage et le Pas de Mounserrat se présente à nous. On arrive maintenant au début de la "vraie" descente, plus cassante, plus technique. D'ailleurs, on y verra quelqu'un nous faire un superbe OTB sous nos yeux, avec roulé/boulé dans les rochers. Heureusement pour lui, pas de gros dégâts. Passage ensuite sur la mythique voie romaine, avec les rochers usées par les roues des chariots d'antan. Ca devient plus roulant, on profite du terrain, de la vue....

Notre départ matinal et notre rythme correct depuis le matin nous permet de rouler sans trop de monde et de bien profiter. Les chemins sont maintenant bien poussiéreux, caillouteux, et ça enchaîne jusqu'au 4° ravito. L'année dernière je l'attendais avec impatience car j'étais à court de boisson. Pas de soucis cette année avec les températures plus basses. J'ai du ne boire que 4 petits litres contre près de 6 à 7 litres l'année dernière. 

C'est reparti pour la dernière douzaine de kilomètres, mais avec encore quelques petites montées. Il y a également des passages techniques qui nous attendent dans la forêt, et il faut rester attentif malgré les kilomètres et les heures sur le vélo pour ne pas se mettre à la faute dans les descentes de marches ou dans les arbres trop près des virages!

Arrive enfin le final avec le passage près de la ferme solaire et son single tout en flow, très ludique. Dernier passage sous le petit ont de pierre (en eau cette année) puis arrive enfin Villegly, et le final le long de la Ceize. On passe le dernier pont et c'est le portail de l'arrivée.

Au final, on sera parti 8h29, avec un bon quart d'heure de mécanique pour Marc. LEs 65km promis sont là, en revanche monsieur plus est passé par là pour le D+, j' ai 2345m à mon GPS, soit environ 200m de plus que l'année dernière. Est ce dû à la météo qui a trompé le baro, ou bien étaient-ils vraiment là?

On a bien roulé, et on a tous la banane. S'il n'y avait pas eu ce vent fort en haut et le brouillard, les conditions auraient été parfaites. La chaleur de l'année dernière était vraiment usante!

Pour finir, coup de chapeau à l'organisation. C'est bien rodé, professionnel, mais pour autant dans une super ambiance, conviviale. Aucune hésitation sur le parcours, avec un balisage parfait.

Cette rando est vraiment un must, rendez vous l'année prochaine!

 
 
- Aperçu des photos -
 Diaporama (17)    Haut de page
La plaque, le TShirt et le gobelet pour les ravitos  (2)
Au départ, 6h45  (1)
Juste avant le ravito 1, au dessus de Cabrespine  (2)
Même endroit  (0)
En version panoramique  (0)
Le plat principal du ravito 1. C'est bon une saucisse grillée à 8h30!  (3)
Toujours dans la montée, objectif dans les nuages  (1)
plus abrité, vue vers le sud  (1)
Enfin. Ca souffle et ca caille  (5)
Il est où l'émetteur?  (0)
L'équipe du jour sur le 65  (0)
Dans la descente, vers le Pas de Mounserrat  (1)
Même endroit, autre point de vue  (1)
Vers le haut cette fois  (0)
Le podium d'arrivée  (0)
La zone de départ / arrivée  (0)
Le vélo, plus sale que l'année dernière. Pas de soucis technique (ou presque)  (2)
 
Chain Reaction Cycles
 
pub
 
pub
 
 
 
 
 
 
Commentaires et réactions
 
 
 
 Yves100
 Le 20/06/2018 à 19h57.

Très bon parcours le 65 pour s'amuser tout en faisant pas trop rude.

J'ai redécouvert de belles traces.

 

 

 nico de fontenilles
 Le 20/06/2018 à 10h47.

Je suis passe hier au CV de Blagnac pour regarder l'offre des VAE.Je confirme que pour une randos comme la Capnore faut une deuxième baterie,c'est marrant on as discuter de ça avec le vendeur pour faire la Capnore,par contre le prix d'une deuxieme baterrie ce situe entre 700 et 900e...

Perso je vais faire le Capnore quand je serais rétabli mais en route ;)

 galipo31
 Le 19/06/2018 à 22h12.
Ok Lionel , d’accord pour que tu portes ma deuxième batterie l’an prochain. Merci.
 yann32
 Le 19/06/2018 à 21h19.

Encore heureux Alain. Je n'allais pas te laisser choir, ça aurait pu être moi. Les problèmes mécaniques, on y passe tous !

 AJ
 Le 19/06/2018 à 19h40.

Bruno, j'ai doublé plusieurs VTTAE en panne de jus dans les 20 derniers km. Yann a dû passer trop vite pour les voir. Donc seconde batterie recommandée.

Sinon, le parcours était top. Le 80 nous a permis de goûter avec délectation à 2 superbes descentes et à une multitude de singles avant de retrouver l'ascension commune avec le 65. C'est à faire ! Si on a la forme qui correspond bien sûr!

Je ne pensais pas si bien passer ce kilométrage surtout avec 2500m de D+. Je doutais de ma capacité à terminer mais finalement mon état de forme ne m'a jamais fait douter. Ce sont plutôt les multiples incidents techniques. J'ai cassé 3 fois la chaîne et le frein AR faisait un boucan du diable dans la 1ère descente (juste l'étrier à recentrer; vite fait bien fait; ouf plus de bruit!). De ce fait, j'ai préservé ma chaîne en moulinant à partir du 38ème km soit 11/12 km avant le sommet. J'ai préférè marcher vite ou courir dans les raidards les plus pentus jusqu'à l'arrivée (et il y en a eu!). Je peux maintenant affirmer que passer d'une activité à l'autre est bien usant. J'aurai dû prendre les chaussures de running dans le sac. Mon entraînement en course à pied de cet hiver m'a bien servi.

Même si je n'ai pas douté un instant de lui, je souhaite remercier Yann de m'avoir attendu pendant toute la seconde partie quand je ne pouvais plus pédaler comme je voulais. Il a fait preuve d'une solidarité exemplaire.   

 berthali
 Le 19/06/2018 à 14h33.

Bruno: pour le VAE, il te faudra une batterie de rechange dans le sac, car je ne pense pas que tu puisses faire tout le D+ sur une seule. Même aller au Pic est déjà un challenge. JE n'ai du voir que 4 ou 5 VAE en tout sur le pacours.

 yann32
 Le 19/06/2018 à 14h07.

Oui, belle rando. Pas sûr de pouvoir faire le 100 l'année prochaine, mais le 80 sûrement. Avec toi Bruno, si tu nous attends.

 galipo31
 Le 19/06/2018 à 13h55.

Belle balade, de bons souvenirs quand je l'avais fait avec Rémi.

L'an prochain en VAE pour moi ?

 
 
© plani-cycles.fr - Le site des communautés du Cycle - Mentions légales | Conditions d'Utilisation | A propos | Contact