Non connecté
Se connecter Se connecter
[Visiteurs (9) - Connectés (0) ]
 
De Boucou à Turon
 
Par pyross, le 24/08/2019.
 
Vous n'êtes pas inscrit sur Plani-Cycles.
Vous pouvez toutefois consulter les comptes-rendus, mais pour avoir accès à l'ensemble des informations et à tous les outils du site, créez un compte. C'est gratuit et sans engagement...
 
- Statistiques -
 
Genre : VTT . CR consulté : 474 fois.
 
 
 
Distance : 70 kms
Dénivelé : 3200 m+
Vit. moyenne : 7 km/h
Tps total : 13:00:00
Tps roulage : 10:00:00
Participants : .
 
Niveau :    Engagé
 
 
 
- Aperçus - Traces -
 
 
 
Fichiers disponibles :
- Fichier trace REELLE :  Charger ce fichier     Situer sur VTTrack
 
 
- Compte-rendu -
 
 

Mon objectif était de pouvoir rejoindre l'un de mes amis, vacher de son état sous le pic de Céciré dans le luchonnais. Tous les ans il passe 6 mois de son année à la Cabane de Turon au bout des crètes Nord du Ceciré. Du coup, départ de la maison et direction la cabane à 30 km de là. 30 km oui, mais à vol d'oiseaux. Hélas, mon Orbéa occam n'a pas d'ailes ce qui m'a demandé un petit peu plus d'effort qu'un gypaète barbu. Un peu d'excitation au départ mais aussi un peu d'interrogation qui me fait me demander si je suis réellement en capacité d'atteindre mon objectif. Allé! C'est parti! On verra bien. Première montée et les doutes s’installent. "Qu'est ce qu'il m'a pris il y a trois jour de changer ma selle". "Houlà mais j'ai le souffle court, non? Et puis on dirait que j'ai déjà mal aux jambes!", "Et c'est quoi ce bruit dans la roue"?. Mais non, c'est bon, no stress, tout va bien. j'arrive en haut de la splendide descente de Galié qui demande d'engager comme il faut sur quelques passages. Tout se passe sans les p'tites roulettes et le plaisir est bien au rendez-vous. Les sensations sont super. Ça y est, la machine est lancée. Un peu de route pour rejoindre la vallée de la Barousse et évitement de goudron après Cazarilh pour essayer une piste jusque là inconnue pour moi et qui contourne de ci de là quelques clairières habitées de cerfs et de granges baroussaises. J'arrive à Sost capitale du fromage baroussais et c'est là, j'espère que les ennuis ne vont pas commencer, car débute alors la raide montée sur les crêtes. 6 km de montée à 12% pour la piste puis 200 m de déniv entre portage et poussage (mais aussi un peu de pédalage) pour rejoindre et suivre la crête. A la fois je savais à quoi m'attendre puisque c'est une trace que j'avais déjà pratiquée l'année dernière. Et bien tout s'est bien déroulé. A part la traversée de champs de chardons qui fut un peu piquante et le manque de rapidité pour dégainer mon téléphone et prendre un magnifique cerf en photo à 15 m de moi, pour ce qui est du reste, aucune déconvenue. Après les crêtes c'est par une piste de montagne que j’accède au sentier de descente sur la vallée d'Oueil. C'est bien, on peut se lâcher mais pas trop. Le sentier est large mais c'est pas le moment de se faire mal. Arrivée au village de Bourg d'Oueil et grosse pause. Je n'ai plus d'eau depuis les crêtes. Je me désaltère, reprend du sucre, m'allonge un petit quart d'heure dans l'herbe et hop! c'est reparti d'autant plus que la suite est très agréable. Descendant le GR en fond de vallée c'est au petit village de Benque que j'arrive pour entamer une nouvelle montée sur piste. Ah! mais c'est qu'elle est raide. Là je commence à sentir que j'ai des jambes, enfin, plutôt que je n'en ai plus beaucoup. Heureusement l'observation d'une curée de vautours me permets de faire une petite pause et je ne suis pas mécontent d'arriver sur les crêtes du cap de la serre. Et c'est alors qu'en face de moi apparait le cap de Pouy, le petit sommet au pied duquel, là-bas, cachée par les arbres se dissimule la cabane de Turon. Bon, certes elle est à portée de vue mais je n'y suis pas encore. J'entame la descente sur un mono trace qui me fait effectivement dire que je n'y suis pas encore. Il est à flanc et creusé sur 50cm de profondeur, le calvaire en montagne. Ouf, au bout de 200m celui-ci s'arrange et se transforme en une trace super agréable. Et c'est avec la banane que j'arrive au village de Garin. Bon ben, on approche du but. Il ne nous reste plus que la dernière montée sur la piste qui accède à la cabane. Oui bon, par contre c'est encore 700 de D+ et là, pour les jambes, je sentais bien qu'elles n'avaient peut-être pas totalement participé à la décision de tenter ce projet car j'ai bien vu dans la montée qu'elles faisaient grise mine. Comme on dit : "Elles n'y était plus trop". Il a fallut négocier grave avec elles pour les décider à nous monter jusque là-haut. Mais enfin, pile avant le coucher du soleil, ce n'est pas par un concert de tambour et trompette que je fut accueilli mais par un "flower of Scotland" dignement interprété par mon cow-boy d'ami (oui, il joue aussi de la cornemuse).
Je ne peux maintenant que vous inciter à venir fouler de vos roue cette trace qui j'espère fera plein de petits mountainbikers heureux. Ah! Et si vous y allez, faites la bise au vacher de ma part!

 

 
 
- Aperçu des photos -
     Haut de page
 
pub
 
Chain Reaction Cycles
 
pub
 
 
 
 
 
 
Commentaires et réactions
 
 
 
Aucun commentaire à l'heure actuelle pour sur ce topo. Ecrire le premier ?
 
 
© plani-cycles.fr - Le site des communautés du Cycle - Mentions légales | Conditions d'Utilisation | A propos | Contact