Chain Reaction Cycles
Non connecté
Se connecter Se connecter
[Visiteurs (14) - Connectés (2) ]
 
La Transvésubienne 2008
 
Par apache31, le 25/05/2008.
 
Vous n'êtes pas inscrit sur Plani-Cycles.
Vous pouvez toutefois consulter les comptes-rendus, mais pour avoir accès à l'ensemble des informations et à tous les outils du site, créez un compte. C'est gratuit et sans engagement...
 
- Statistiques -
 
Genre : VTT . CR consulté : 1830 fois.
 
 
 
Distance : 70 kms
Dénivelé : 2800 m+
Vit. moyenne : 9 km/h
Tps total : 08:40:00
Tps roulage : 08:08:00
Participants : apache31, dawg81, fabiodelapampa, FONF31, XIII .
 
Niveau :    Engagé
 
Physique :
Technique :
Paysages :
Fun :
  Moyennes sur 4 note(s).
 
 
- Aperçus - Traces -
 
 
 
Fichiers disponibles :
- Fichier trace REELLE :  Charger ce fichier     Situer sur VTTrack
 
 
- Compte-rendu -
 
 
C.R. TRANSVESUBIENNE

Départ samedi matin, direction La Colmiane, station de ski au dessus de Nice.
Voyage sous la pluie (qui ne nous lâchera pas du week-end) sans histoire dans le Traffic (Merci encore à Fonf, « transporteur officiel » de la troupe) avec un nombre impressionnant d’arrêts dûs aux quantités de liquides que l’on a tous ingurgités depuis 4 jours… On arrive en début d’aprèm’, retrait des plaques, marquage des vélos, on discute deçi delà avec d’autres concurrents. On décide de reconnaître la pente (de ski) du départ afin de ne pas se faire bêtement piéger et d’essayer de se placer le mieux possible.
Installation au gîte (accueil très sympa et ensemble parfait). Dawg et Fonf partent rouler un peu, XIII et moi-même allons trottiner afin de se dénouer les jambes après 6h assis dans le camion.
On trouve un bar pour regarder la finale de la coupe d’Europe de Rugby (Toulouse-Munster ; snif !) et là surprise, on voit débarquer Sergio et Lorenzo19 du forum VeloVert. On vide joyeusement ensemble quelques verres, sans alcool; pour mémoire, depuis 2006, nous retrouvons régulièrement ces deux sympathiques et drôles de personnages au fil des évènements de la planète Vtt de France.
Puis on file se repaître des Lasagnes de notre hôtesse : un régal. 22h30 : dodo pour tous et, malgré nos supputations en tous genres sur la météo du lendemain et l’état du terrain, nous nous endormons tous instantanément. Il pleuvra des hallebardes toute la nuit. Dimanche. Réveil 5h00. Super nuit, je me sens zen et très reposé. Coup d’œil au ciel : bouché et gris mais il ne pleut plus. Petit déj’ et à 5H45 on monte au départ.
Préparation rapide, on roule un peu histoire de se relaxer et d’attendre utilement notre placement en grille.
6h30 : on est dans les starts. Ambiance décontractée pour beaucoup, échanges d’ultimes conseils et d‘infos sur le parcours modifié. Explication de Georges en personne.

7h03 : la meute est lâchée. On file « dré dan’l pentu », ça frotte un peu mais ça passe. Même pas le temps de passer le 44 (qui ne servira pas d’ailleurs…) qu’on remonte illico. Je regarde le cardio : O pulse ! Tiens, curieux, je ne me sens pas vraiment mort. Put*** de matos électronique.
Le peloton s’étire un peu, je garde Dawg à vue. Ca monte fort (22x34) sur une piste puis single boueux et très collant, voire scotchant. Le cardio redémarre et je suis à …170…depuis environ 10 à 15 mn. Oups, ca démarre trop fort cette balade. Je m’efforce de faire retomber les pulses. Beaucoup de passage à pieds alors que sur du sec cela roulerai sans problème. Alternance de pédalage/poussette ; il en sera ainsi tout au long de la journée…

On « attaque » en poussant un single très glissant en sous-bois et montant très vite en lacets…
Arrivée, non sans mal, au sommet, je me dis que cela va être très, très long... Passage au col de Varaire ; je suis compté n°77, non officiellement.
On roule un peu sur un single en balcon à 2000m d’altitude aux environs du Cayre Gros, jolie vue qu’il est difficile d’apprécier car la concentration est de tous les instants, il y a pas mal de gaz en contrebas… D’autant que je suis dans un petit groupe de 3 à 4 concurrents qui roulent assez vite. Quelques portages pour passer de dangereux pierriers cassent bien le rythme.
Retour en forêt sur singles et pistes pour arriver aux granges de la Brasque marquant le début de la vraie descente vers Lantosque. La pente devient très marquée et je baisse la selle car le single serpentant dans la forêt est parsemé de pièges de toutes sortes : grosses pierres plantées au milieu, cassures, éboulis, racines, amas de pierres en vrac, virages en épingles, bourbiers, dalles rocheuses et la boue déposée par les premiers n’arrange rien. Impossible de lâcher quoique ce soit : ni freins, ni l’attention. Et en plus je trouve que le groupe, avec le lequel je suis, va très vite, trop vite même…
J’ai du mal à trouver le rythme et j’ai l’impression d’être techniquement complètement à la rue.
Première alerte lorsque je ripe de l’avant et que je sors du single pour m’arrêter 2 m plus bas sur un buisson. Le gars derrière moi me demande gentiment si ça va. Ca va ! Mais bon, il va falloir redoubler de vigilance.
Je repars en me re-concentrant le plus vite possible. Je double deux gars, me fait doubler par un rider du TOAC (Philippe, je crois…) qui va vraiment vite sur ce terrain. Je suis assez bluffé sur le coup. Deuxième alerte dans les marches de la voie romaine à l’arrivée sur Lantosque : je pars en sucette sur la boue/mousse recouvrant les dalles. Gros Craaac. Put***, aurais je cassé mon cintre ? Ouf, non, juste le guidon a remettre droit. Bricole vite faite et mal ajustée. Je fignolerai au ravito tout proche.
Arrivée dans Lantosque dans une belle ambiance faite d’encouragements et d’applaudissements.
Certains ne s’arrêtent même pas pendant que je bricole mon cintre. Pas mal de minutes de perdues qui filent. Je repars sans même avoir touché au ravito.

Passage dans Lantosque, je vois Stéph qui essaie de se garer avec le camion. Apparemment c’est le bordel pour tout le monde !
On attaque par un portage puis single roulant en sous-bois quasiment tout à gauche. Je suis compté « 98 » par un gars tout seul sous son parapluie au bord du sentier. Il se met à pleuvoir dru et alors que je remets la veste voila Sergio qui passe et me dit que Lorenzo est un peu loin derrière. On roule un moment ensemble. Passage à flanc de petite falaise, heureusement sécurisée avec une main courante scellée dans la roche. On enquille la route vers le hameau de St-Colomban toujours sous une belle pluie. Sergio est très en canne et je le laisse partir préférant gérer…
Après le hameau, on quitte la route pour un sentier remontant à la Baisse de Béasse. Single tantôt en forêt, tantôt a découvert, roulage sur des pavasses recueillant l’eau ce qui fait que je vais faire plusieurs kilomètres dans une flaque ininterrompue… Au moins pas de boue collante qui risque de tout bloquer et qui surcharge le vélo ; et puis ça roule. Alternance de montées, descentes, faux plats mais de plats point. Je passe près d’une heure à rouler seul au milieu de nulle part et sous la flotte qui redouble ! Le temps me semble s’écouler bien lentement.
Ce qui est tuant c’est qu’il faut, si on veut avancer un peu, en permanence appuyer vraiment sur les pédales à cause de la boue et qu’on a l’impression d’être toujours en faux plat montant. Je rejoins la route menant au col de la Porte. Cela monte bien et ces kilomètres ne sont pas chers payés à côté des précédents. Je déroule en souplesse en danseuse afin de me détendre les jambes.

Ravito au Col où je retrouve Stéph et Capucine sous leurs parapluies : il pleut des seaux. Je grignote, me remplit les poches de gels énergétiques et je vais au camion changer de maillot car je suis trempé… de sueur. Mes gants sont des éponges ! Je repars quasiment 20 mn plus tard.
Montée roulante sur une piste puis ondulations sur un single de plus en plus boueux et de moins en moins praticable. Descente, et gamelles, à pieds vers un ruisseau où un contrôle de passage (dit de « l’éléphant bleu ») est installé. Comme tout le monde je rince le vélo dans l’eau courante. Re-portage et single parsemé de pierriers, encore dans une boue collante. Je manque de me prendre une ou deux boites…
Je coupe la route descendant à l’Engarvin et single en balcon filant vers le pont Romain. Occupé à essayer de regarder le hameau de La Parre, je dérape et me retrouve à plat ventre retenant par une poignée le vélo qui pend dans le vide ! Grosse frayeur. Il y avait 20 m de haut !
J’arrive au pont, portage pour atteindre la route, et portage encore pour attaquer la fameuse voie romaine de l’Engarvin montant au col St-Michel. Si au début j’alterne poussage et roulage, je réussis rapidement à rouler, toujours en 22x34, jusqu’à ce que le reporte-vidéo à moto ne m’arrête en plein effort pour me demander mes impressions ! Petite pause tchache et reprise du roulage jusqu’au col. Là, deux personnes à côté d’un Land Rover m’annoncent 1 ou 2 kms de côte jusqu’au ravito marquant le début de la « descente » vers l’arrivée. Leur approximation me laisse dubitatif et je doute de la véracité de leurs dires. J’ai bien fait de douter car il y a au moins 3 bornes, voire 4, avant d’arriver au sommet ! Moral d’acier impératif pour ne pas envoyer bouler la terre entière. Moment de poésie dans ce monde de brutes : je croise sur la piste un troupeau impressionnant de moutons suivis de leur berger avec son chien. Ca distrait bien.
Pause rapide le temps de nettoyer une fois de plus mes lunettes car je n’y vois vraiment plus rien et je me vois mal me passer de mes verres correcteurs sur les singles…
Profil ondulant mais à tendance descendante majoritaire entrecoupé de quelques portages, comme d’hab’. Je double un gars qui a le moral dans les chaussettes, trempées… Passage au col du travail est arrivée rapide au hameau de Sainte-Claire : ça sent l’écurie ! Ultime single boueux sur lequel je rattrape 3 gars. J’envisage de les dépasser et puis réflexion rapidement faite, et avec le temps perdu aux ravitos…, je décide de ne pas les dépasser, histoire d’être fair-play, ils sont là pour finir, comme moi, alors le classement… Traversée éclair du grand pré, j’entends mon nom dans les haut-parleurs. Tiens, je suis arrivé ? Youpi ! Et je ne me suis pas dit « déjà ».
Cela fait 8h40 que je suis parti de la Colmiane, je suis 109ème, trempé jusqu’aux os, recouvert comme le vélo d’une croûte de boue et je suis content comme un enfant le soir de Noël.

Dawg et Fonf sont déjà arrivés, XIII n’est pas loin …

A refaire ? Incontestablement OUI mais sur le sec et avec du soleil pour profiter d’un environnement superbe. Et c’est tellement plus agréable de pédaler au sec…

Tout c’est (bien) passé comme je l’avais imaginé : pas de souci méca’, j’ai bien supporté ma potion, mélange d’hydrixir et de malto, et tous les gels que j’ai ingurgité. Je n’ai pas eu mal aux jambes, qui ont tourné presque toutes seules.

Quelques chiffres :
• 66,5 km au compteur et sans doute 4 de plus pour les portages
• D+ 2800m env.
• D- 3900m env.
• 8h40 dont 8h08 de déplacement
• V. moyenne 8,2 km/h
• V. maxi 52 km/h
• FC moyenne 148
• FC max 188
• Calories : beaucoup…

Remerciements.
Aux copains de cette aventure car c’est toujours plus sympa à plusieurs, surtout quand la météo joue les capricieuses.
A Stéphanie qui, assistée de Capucine, nous a bien aidé et nous a supporté, au sens propre comme au sens figuré, durant ces 41 heures passées ensemble.
A Monsieur et Madame BALDASSARE, nos hôtes du gîte à Valdeblore, qui ont consenti à se lever à 5h pour nous préparer le petit-déjeuner.
 
 
- Aperçu des photos -
 Diaporama (12)    Haut de page
Au gîte  (4)
Préparatifs  (0)
Le coach vérifie que papa et son pote sont opérationnels  (2)
En pré-grille  (1)
Départ vu du bas  (0)
Le départ  (1)
Apache (avant)  (1)
Apache (après = à l'arrivée)  (3)
XIII à l'arrivée  (1)
VTT de Fonf  (3)
Article de presse  (0)
THE sticker  (1)
 
Chain Reaction Cycles
 
pub
 
pub
 
 
 
 
 
 
Commentaires et réactions
 
 
 
 jpr31
 Le 17/06/2008 à 18h48.
Merci pour nous faire partager cette belle aventure avec ce superbe CR.
C'est innondé de motivation pour braver ces obstacles météorologiques supplémentaires
Bravo, je vous tire vraiment mon chapeau bas...
 
 
© plani-cycles.fr - Le site des communautés du Cycle - Mentions légales | Conditions d'Utilisation | A propos | Contact