Non connecté
Se connecter Se connecter
[Visiteurs (2) - Connectés (0) ]
 
Lagrasse - Alaric, Corbières.
 
Par Heretic, le 01/09/2007.
 
Vous n'êtes pas inscrit sur Plani-Cycles.
Vous pouvez toutefois consulter les comptes-rendus, mais pour avoir accès à l'ensemble des informations et à tous les outils du site, créez un compte. C'est gratuit et sans engagement...
 
- Statistiques -
 
Genre : VTT . CR consulté : 5979 fois.
 
 
 
Distance : 56 kms
Dénivelé : 1850 m+
Vit. moyenne : 11 km/h
Tps total : 07:30:00
Tps roulage : 05:15:00
Participants : Heretic, jpr31, piR2, Olivier, Gerald .
 
Niveau :    Engagé
 
Physique :
Technique :
Paysages :
Fun :
  Moyennes sur 4 note(s).
 
 
- Aperçus - Traces -
 
 
 
Fichiers disponibles :
- Fichier trace REELLE :  Charger ce fichier     Situer sur VTTrack
 
 
- Compte-rendu -
 
 
Lagrasse, Corbières...
S'il est un coin que je ne connais qu'encore peu mais qui me fait envie chaque fois que j'y pense, ce sont bien les Corbières... Vallons généreux, pierres blanches, terre rouge, végétation quasi-méditerranéenne, pas de doute ce spot fleure bon la rando à VTT. Bon j'ai bien participé à quelques randos style Birado ou trace du sanglier, mais les vraies Corbières sauvages n'ont été qu'effleurées à ces rares occasions.
Rien de mieux pour découvrir les sentiers que de passer la journée en compagnie de chasseurs de singles conviviaux, connaisseurs, amateurs et partageurs de bons parcours. Bref la journée s'annonce belle et le soleil bien présent s'annonce discret, ça tombe bien : pas besoin de surplus de chaleur sur ce fabuleux et très physique parcours !
PiR2, Mr Trace des célèbres Camins de Limoux et JPR31, aventurier défricheur et surtout amateur de sentiers XXS, seront nos guides en ces lieux de toute beauté. Olivier, Mr le président de VTT Limoux et Gérald son cousin complètent notre bande de joyeux drilles.
Le départ de la boucle se fait de Lagrasse, superbe village aux maisons de pierre blanche, encaissé en fond de vallée, dont les collines environnantes annoncent un départ musclé : pas de préliminaires, ça va monter de suite !
Au train, nous gravissons cette première côte sur une piste qui se transforme en son milieu en un mono-trace superbe qui donne un léger répit dans l'ascension. Mais tout passe bien et le premier sommet atteint (bois du lauza), au détour d'un cairn (merci Pierre et JP pour l'explication ;-)), nous empruntons un 1er single descendant qui tortille entre les résineux, c'est joueur, une ou deux belles marches (aïe, les glaouïes !), puis l'horizon se dégage sur la vallée verdoyante, veinée de chemins d'un rouge brique contrastant. Passage à flancs de falaise d'un ocre superbe, le début de ce circuit donne le ton: c'est beau, et c'est bon !
Nous laissons Notre-Dame de Carla derrière nous et reprenons notre ascension quelques temps, sur piste, puis après un répit descendant de courte durée dans un décor somptueux, attaquons une première séance de poussage/portage de courte durée, mais impossible d'y échapper, trop pentu ("Côte aigre" porte bien son nom !). Un salut aux chasseurs, plutôt amicaux, et l'épisode pénible est vite oublié tant le sentier suivant est de toute beauté : ça descend en tortillant dans une végétation basse qui colle à la peau, le vernis des tibias est bien entamé, mais c'est tellement joueur que ce désagrément est négligeable !
Nous terminons la descente par un peu de bitume, avant de passer un superbe pont romain et roulons un petit moment en fond de vallée avant de rattaquer une deuxième grosse montée, sur piste dans la forêt des Corbières orientales qui nous mène sur le plateau. C'est magnifique, la vue panoramique sur les Corbières de gauche et de droite, en face la montagne noire et derrière les pyrénées que l'on devine derrière un rideau brumeux typique des belles journées d'été.
Sur le haut nous zigzagons entre les petits buis, dans un décor de causse avant de reprendre un nouveau single descendant magnifique. C'est du tout bon, mais il est difficile de libérer totalement les manettes de frein : ça bastonne pas mal avec des passages rocailleux qui rendent la trajectoire plutôt floue. Méfiance donc, mais plaisir de pilotage intact dans une ambiance méridionale, ça sent bon la garrigue, le thym, les pins, on se sent en vacances quoi !
Nous passons le joli petit village de Montlaur, avant de rentamer en direction de Couscouillède un single de crête superbe qui nous ramène vers le nord-ouest. Un gros vent plein nez, parfois de profil, il faut vraiment tenir le vélo pour ne pas finir dans le décor, mais ce mono-trace à profil montant est superbe. J'avais déjà eu l'occasion de l'emprunter avec papenoo & co lors du remake de la birado en février 2007 mais dans l'autre sens. Voilà il bascule maintenant dans le bon sens et nous délivre une portion en sous-bois bien joueuse avec de gros creux et un pourcentage certain, à slalomer entre les pins : génial ! Mais trop court :-)
Roquenégade annonce une session difficile, physique : d'abord une rude ascension sur piste défoncée, caillouteuse entame un peu les ressources jusqu'à atteindre les ruines du prieuré St-Jean. Un superbe mais court single fait perdre quelques dizaines de mètres à l'alti et soudain un mur ! Le sourire de JP en dit long : il va falloir escalader cette difficulté coiffée d'une barre rocheuse. Premier portage digne de ce nom de ma carrière de VTTiste... Deux fois 100d+ avec un bon pourcentage sur un sol instable agrémenté de marches. Bon, ce n'est pas ce que j'ai préféré dans la rando, mais ça reste un bon souvenir... Les paysages qui se dévoilent au fil de l'escalade valent le coup mais une fois que c'est fini on est quand même content, et je sais dorénavant que quand Jpr31 écrit "portage", ce n'est pas de "poussage" dont il s'agit !
Le GR36 bascule dans un sens plus agréable et nous offre un single top depuis le haut de notre portage. La vue se dégage sur les monts d'Alaric avec notre prochain objectif en vue : la tour de vigie au point culminant du dit massif.
Nous profitons de cette superbe vue pour faire notre pause resto rapide, à l'abri du vent, puis embrayons en descente par toujours le même single bordé de près par de petits buis. Ce sentier (Combe de Lèdre) est également superbe et dévalé bon train, nous profitons au maximum de cet instant de plaisir, car s'annonce maintenant l'ascension de l'Alaric, toujours sur le GR36 que nous ne quittons plus depuis les ruines du prieuré St-Jean. La tour de guêt est ralliée après 5 bons kilomètres sur une piste caillouteuse : rendement minable, pourcentages costauds, terrain cassant, bref c'est pas très fun... Mais nous en venons à bout et sommes récompensés par une vue à 360° sur les alentours, de toute beauté !
Le gros vent à cette altitude est largement supportable à cette saison, mais ça souffle vraiment fort. Après avoir profité de ce superbe point de vue, nous renfourchons les destriers pour la plus longue descente de ce circuit : le GR36 nous fait passer en bordure du roc de l'aigle, panorama grandiose sur la vallée. Ce chemin de crête est un régal de pilotage : sur le haut ce sont des dalles calcaires à négocier gentiment, puis le sol devient meuble composé de petites caillasses blanches qui se comportent comme le sable. Le cul sur la roue arrière est quasi impératif, sinon c'est OTB garanti. Plus loin, des portions rapides et quelques chicanes plus techniques s'enchaînent pour notre plus grand plaisir. Seul regret, nous mettons quelque peu notre cintre entre les mains d'Eole, qui sur cette crête se fait presque autant plaisir que nous, c'est un peu lui qui décide de la trajectoire du vélo et la vigilance est de mise ! Malgré tout ce n'est que du bonheur et nous quittons le chemin de grande randonnée (faudra quand même essayer de le poursuivre jusqu'en bas, au vu de la carte, ça a l'air couillu :-)) pour rejoindre une superbe mais ô combien pentue combe. En single bien entendu, étroit et graveleux, quelques ornières par ci par là : la roue arrière tourne peu, tout en glisse et lorsque nous atteignons le creux de la combe, c'est le lit asséché du ruisseau des Arbousiers qui fait office de mono-trace. Génial, dans une nature sauvage nous progressons bon train, zappant même un break à gauche... Pas grave, nous en serons quitte pour un petit rebrousse-chemin puis achèverons ce caviar de longue descente par un nouveau petit sentier excellent !
Un peu de bitume nous fait rallier Ribaute et sa piscine naturelle. JP tient à son petit bain, et sera le premier à se jeter à l'eau suivi rapidement par Gérald et Olivier. Sympathique endroit qui invite plus à la glandouille qu'au sport, mais il nous faut repartir sans trop tarder : il reste du chemin... Et quel(s) chemin(s) !
Remontée au dessus du village par de la petite route puis par une piste forestière à la terre ocre, ça monte bien et les jambes commencent à être un peu lourdes... Gerald et moi sommes à sec, et la chaleur se fait sentir dans cette combe dont les couleurs rappellent le Lubéron ! Le sentier est maintenant une alternance de coups-de-cul tuants et de faux-plats montants, et lorsque nous basculons, c'est un nouveau single qui s'offre à nous. Disons plutôt une multitude de singles, le choix nous est laissé d'emprunter celui qui nous attire le plus. C'est magnifique, de petites concrétions de terre rouge rendent le spot ultra ludique, et curieusement les jambes se font moins sentir. Superbe passage qui nous fait redescendre. Alors que j'imaginais atteindre Lagrasse par ce sentier, nous virons à droite sur une nouvelle piste qui nous ramène sur les hauteurs : argh, dur dur, chaque tour de manivelle devient un peu plus dur au fil de l'ascension, heureusement ombragée en forêt. J'ai du mal à gérer ma pénurie d'eau, et lorsque nous basculons définitivement vers Lagrasse, le soulagement est de mise.
Lagrasse est dans le creux, il nous reste une grosse grosse descente à dévaler, attention aux passages très techniques ultra pentus, et heureusement le final est plus aisé...
Je suis cuit ! De l'eau... Ahhhhh, soulagement : ma langue perd d'un coup 10 cms d'épaisseur ! Rapide débriefing avec les copains de roulage, et vu que l'heure a déjà bien avancé, nous repartons rapidement vers nos pénates.
Pour conclure, ce fût une grosse rando, physique (avec 2 portages et 1850d+ à l'alti), un poussage, une rude ascension de l'Alaric, mais l'effort fourni est récompensé de descentes magiques (toutes en singles) et de paysages 4 étoiles. Du très très bon parcours, au sol souvent cassant (TS fortement conseillé), à renouveler dans les même conditions (éviter les chaleurs importantes, de nombreux passages étant exposés au soleil + pierre blanche).
Un grand merci à Jpr31 et piR2 de nous avoir fait découvrir ce circuit, et à tous pour la bonne humeur distillée au gré de cette petite aventure :-)
 
 
- Aperçu des photos -
 Diaporama (55)    Haut de page
Et c'est parti dans la joie et la bonne humeur !  (0)
Un passage ludique dans la 1ère ascension  (0)
Début du 1er single descendant  (0)
Malgré les apparences, ce n'est pas le début d'un OTB... la prochaine fois, faudra soulager l'avant ;-)  (7)
Lorsque la forêt se troue...  (0)
Les premiers paysages superbes s'offrent à nous !  (0)
Salut Pierre !  (1)
Bis repetitae : pas d'OTB, malgré une technique douteuse.  (0)
Gerald prudent (oubli du casque oblige !)  (0)
Et jpr31 ferme la marche.  (0)
Le fameux pont romain (près de Rieux-en-val)  (0)
Sur le causse... Du single joueur...  (0)
... et un panorama grandiose !  (0)
Olivier, le roi du block-pass !  (0)
PiR2 concentré sur son sujet  (0)
Gerald  (0)
Heretic  (0)
Le prieuré St-Jean ! Idéal pour un pique-nique à 20 !  (0)
Début du portage : cette bonne blague ;-)  (4)
Petite pause photo durant l'escalade  (1)
Des marches, du pentu, quel bonheur !  (0)
La vue qui se dégage peu à peu vaut l'effort...  (0)
Sympa non ?  (0)
Tiens, voilà le boulet :-)  (1)
360° de beauté...  (0)
Non seulement le paysage est top, mais ce single vaut à lui seul le portage.  (0)
En descendant la combe de Lèdre  (0)
Final de la raide montée vers la tour de guêt...  (0)
Au fond, on devine la black-mountain.  (0)
Ici les sentiers sont légion, sans compter les GR77 et GR36 qui sillonnent joyeusement le secteur.  (0)
La fine équipe  (0)
Début de la descente d'Alaric sur le GR36 : 4 kms de descente technique et ludique !  (0)
Le roc de l'aigle  (0)
Vue vers l'est.  (0)
Au fond le mont Tauch  (0)
Passage en dalles : à négocier gentiment.  (0)
Olivier dans l'action  (0)
Vu d'en bas : le passage est délicat !   (1)
J'adore ce cliché : on se rend compte du potentiel du site, des chemins partout !  (0)
Le sentier se poursuit un bon moment pour notre plus grand bonheur  (0)
Petite halte photo  (0)
La terre reprend ses droits : adieu dalles et gravières.  (0)
On rejoint le ruisseau des Arbousiers après une forte déclivité  (0)
PiR2 en termine de ce passage un peu chaud.  (0)
Ruines  (0)
Ici la nature est surprenante !  (0)
Une petite pause à Ribaute  (0)
Chouette piscine !  (0)
Cette combe rouge est magique  (0)
Du sentier de fou !  (0)
Libre choix dans la trajectoire  (0)
Ici pas de rocailles : plein gaz...  (0)
Un spot vraiment sublime  (0)
Et voilà, fini de jouer.  (0)
Une dernière (grosse) descente et nous rejoignons Lagrasse !  (0)
 
pub
 
Chain Reaction Cycles
 
pub
 
 
 
 
 
 
Commentaires et réactions
 
 
 
 Manuman
 Le 19/04/2010 à 20h13.
ce que je trouve genial,c'est cette diversité de terrain tout au long de la trace.Ideal pour affiner sa technique....
 FranckG31
 Le 05/05/2008 à 20h58.
Merci pour le CR et la trace. Refaite ce printemps (6/04/08) en évitant le portage. Après le Mas, prendre à droite dans les vignes après seulement 50m de bitume. Quitter ensuite la piste pour le single au fond du vallon. Il se fait à 90% sur le vélo sauf quelques blocs à franchir en poussette. Du coup, c'est un peu plus court. Voir trace sur http://www.varouler.com/?q=vrgps&rid=143. Autre amélioration possible, possibilité de monter par un single dans le bois après Villemagne. Quand après Villemagne la piste redescent, prendre le single à gauche et le suivre en restant à priori sur la meilleure trace. A affiner avec une carte car pour notre part, nous nous sommes trompé à un embranchement et sommes revenu sur la piste... Nous avons cependant pu le voir déboucher plus haut.
 Olivier
 Le 04/09/2007 à 12h32.
merci pour le suivi quasi en tps reel des randos je transmet des photos sup par CD à pierre
 pbazza
 Le 04/09/2007 à 09h52.
Pouààà la vache, entre la qualité du CR ( comme d'hab), des photos et du parcours !!! çà fait regretter de ne pas étre venu d'autant que la Pimentoise dimanche était trés moyenne. Bravo
 piR2
 Le 03/09/2007 à 22h27.
Encore un CR impressionnant de clarté et de détail, il donne envie de repartir ... mais comment fait-il pour se souvenir de tous ces détails ??? Une rando bien sympathique avec un vrai petit portage !
 Heretic
 Le 03/09/2007 à 16h15.
Yep, d'ailleurs merci d'avoir mis la trace à dispo ;-)
 SEB11
 Le 03/09/2007 à 15h33.
Pinaise, j'avais pas vu que vous rouliez samedi sinon je serais bien venu. Une prochaine fois. Je me suis consolé avec la PHOEBUS BIKE à GRUISSAN.
 jpr31
 Le 03/09/2007 à 14h49.
Chapeau pour le magnifique CR, on revit totalement cette belle journée... du grandiose!!!
Seb11 avait parlé de cette hypothèse du sommet de l'Alaric ... on l'a concrétisé avec en + du trés bon single de fin de parcours, insufler par Pir2,=> à ne surtout pas manquer.
Au fait, l'option GR un peu plus bas ne supprime pas le portage...mais permet au lieu de monter dans la pampa de progresser velo sur le dos...sous et sur une superbe barre rocheuse Cf. photo...par contre au pied du portage, il y a un single praticable qui part sur la gauche...à tester!!!
 
 
© plani-cycles.fr - Le site des communautés du Cycle - Mentions légales | Conditions d'Utilisation | A propos | Contact