Non connecté
Se connecter Se connecter
[Visiteurs (42) - Connectés (2) ]
 
Raid 3 Vallées
 
Par sebastao, le 27/06/2014.
 
Vous n'êtes pas inscrit sur Plani-Cycles.
Vous pouvez toutefois consulter les comptes-rendus, mais pour avoir accès à l'ensemble des informations et à tous les outils du site, créez un compte. C'est gratuit et sans engagement...
 
- Statistiques -
 
Genre : VTT . CR consulté : 1955 fois.
 
 
 
Distance : 150 kms
Dénivelé : 5000 m+
Vit. moyenne : 8 km/h
Tps total : 23:00:00
Tps roulage : 20:00:00
Participants : Grlo, Sebastao, plein d'autres .
 
Niveau :    Sportif
 
 
 
- Aperçus - Traces -
 
Fichiers disponibles :
Aucun fichier disponible à ce jour.
 
 
- Compte-rendu -
 
 

 

Voici un compte rendu d'un raid effectué à l'insu de mon plein gré !!!
J'avais lu quelques CR de l'an dernier, JMI et Yves notamment, d'un œil distrait et le challenge me semblait énorme.
Donc pas trop suivi l'affaire. Et voila que tout d'un coup Grlo se lance ce défi et part en recherche d'un coéquipier car le raid se fait par équipe de 2.
La, commence un harcèlement de plus en plus pressant de sa part mail, SMS et téléphone, le bougre use de tout les media possible pour me soudoyer ! Je n’étais en effet alors pas chaud mais alors pas du tout pour le challenge.
Les raisons, simplement pas au niveau et savais les efforts à faire pour espérer y être et pas subir ... A force de pression je finis par dire "oui" pour qu’il me la lâche et quand même tenté par le concept.

La prépa :
Partant d'un peu loin, mais pas trop non plus, je récupère sur les conseil de Lasouque et Jekyll le programme de prépa de la SEE.
Je l'adapte un peu car il est trop long pour l'échéance  venir. Grosso modo c'est 4 entrainements semaine HT, CAP, Route et/ou VTT avec un peu de gainage de ci de la. Arrivé à mon âge avancé je n'ai jamais fais autant de sport de ma vie ...
 Le plus dur, réduction des apéros T-punch, Whisky tourbé et autres fortes liqueurs.  Les beaux jours approchant cette partie du programme se complexifie. Bon y aura évidemment quelques entorses à la règle ... Concernant l'alimentation je suis depuis 1,5 an sur une alimentation chrono, ca me va très bien. Pas de changement de ce coté la. Coté VTT, on multiplie les sorties avec mon "team mate" et autres Planistes. Les distances s'allongent les D+ aussi. Petit à petit ca progresse. Au passage on fera une nocturne à St Anto super plaisante !
 La prépa s'achèvera sur une belle sortie à Vicdessos TB like ! Voila, Alea Jacta Est, la dernière semaine j'en fous pas une, je sais faudrait bouger, mais trop la flemme et suis pas mal fatigué par la grève SNCF (je prends tous les jours), bref no comment ou je vais m'agacer !
 
 
 J1 :
 Trop de taf, pas pu poser la journée, dommage, je m'échappe quand même à 16h et on fonce dare dare à Oloron pour être dans les temps. Blablablabla dans la voiture et nous voila arrivé, récupération des dossards, plans et de quelques explications. Nous nous dirigeons ensuite vers le point de départ pour laisser bagage à  l'assistance – une camionnette amène les affaires à chaque étape -  et préparer la sortie à venir. Première impression arrivé sur le parking "Putain mais qu’ est ce que fout la moi ???" que des gars en cuissards, tenue moulante, quelques jeunes bien shapés, euh y à une cyclo la ou quoi !?
On s'avance et voit 4 lascars avec des shorts, du poil aux pattes et des VTT à suspats arrières ... copains ... c'est Pax, Scjsnow, Polo66 et un autre, la Catalogne est là. L'épreuve du jour, enfin soir, est une quarantaine de km avec un bon 1000 de D+ vers Arudy. Départ place du village, on fait 2 tours pour la galerie et gazzzz dans les chemins. Oups on ne fait pas le même VTT vous et moi ... c'est un XC ce soir en fait. Ca part très fort devant, ben on embraye comme un peu derrière. C'est très roulant, un VTC suffirait je pense. Ah oui plein de SR en plastique ! Comme je lisais sur un CR de Yves, juste avant l’épreuve, la phrase "ca cause pas dans le sentier" prend tout sons sens … Le paysage est plaisant, j'aime bien l'ambiance nuit tombante, on passe des champs de fougères, des sous bois, sympa ! On roule on roule sur une moyenne jamais effectuée par nous en VTT mais la nuit fini par nous attraper. Hop on s'arrête allumage de la Lux, allumage de la Lux j’ai dis, ben non rien de rien pour ma pomme. La lampe testée et chargée auparavant me montrait des signes déconnant au parking mais la rien, zobe ! J'ai  un backup de cintre de  100 lumens (c est que dalle en VTT). Abracadabra hop je transforme Grlo en chien pour aveugle, c'est super galère en fait. Dés qu'il me prend 5m je suis dans la pénombre, la lampe sur cintre c'est pourri car des qu’ on tourne ben devant c'est noir de chez noir. Bref ca craint. Amandoné il y a un escalier a descendre, "suis-moi" me lance t'il, mais tiens à peine engagé il est bas, et moi dévale un escalier dans le noir, sensations garanties !!! Ouf ca passe, on continu sur un chemin avec quelques pierres humide, je glissouille sur l'une passe entre 2, c'est compliqué mais passe jusqu’ a ce que tout d'un coup balayette d'un vil rocher rond et hop bibi dans le bartas à droite. Je roule boule sur le coté dans les buissons, pour me retrouver 2m plus bas, ca aussi sensations garanties de tournicoter dans le noir sans savoir ou quand comment ca s’arrête. M'enfin je n’ai pas la poisse rien de cassé coté bonhomme et matos. Bon la faut faire un truc, et à force de bidouiller ce connecteur "Fiat Lux", ahhh on peut y aller. La suite se résumera à un run vers la PH qu’on ratera de quelques minutes. Mélange de déception et soulagement la fatigue est là et il restait une belle bosse. Direction le bivouac avec des compagnons d'infortunes, eux 4 ou 5 crevaisons !!! Le spot pour dormir c'est un gymnase bien deglingo, rhhho l'ambiance glauque au début. Jamais fais ça non plus de squatter à beaucoup dans un tel lieu. Enfin, on prépare la litière lave les VTT (euh sauf moi la flemme), nous douchons chaudement et allons nous restaurer. Le repas est pas mal il y a suffisamment et assez bon pour ce repas du soir. L'extinction des feux se fera vers 1h30 ...

 

 J2 :
Le gros morceau du Raid, 3000 sur 66 km, à s’envoyer un col à 1900 et une PH km50 à 15h, tranquille quoi. La nuit fut courte, levé 6h00, mais profonde donc on n’est pas fatigué. Remplissage des sacs de sucreries, de la Colombienne dans la poche à eau, un gatosport derrière les oreilles on est prêt pour une journée qui s’annonce magnifique tant par le parcours que la météo. Après quelques km roulants pour un échauffement tranquille arrive la première bosse de la journée, on doit monter à Cayolar de Lazercou soit une petite cote de 800m. C’est de la piste ou chemin forestier mais ca grimpe fort. Pas d’affolement on laisse passer les avions et chacun y va à son rythme. Ce n’est pas un exercice évident car pas habitué à de telles longueurs de montée donc pas d’enflammades et ca ce passe pas mal pour Grlo et moi. J’ai quand même quelques douleurs lombaires qui arrivent …L’arrivée en haut sur une espèce de col ouvre tout d’un coup la vue, jusque la pas mal masquée par les arbres et aussi par le regard porté vers la roue de devant …, et la ouf la beauté de la chaine de montagne me dessine une banane d’une oreille à l’autre : superbe ! Après une petite pause pittoresque gaz dans la première descente, Grlo part à l’attaque de tout ce qui porte un cuissard et se fait un plaisir de les croquer les uns après les autres. J’ai moins d’appétit que lui mais quand même. La descente en elle-même est bien. En bas nous attend le premier ravito avant LA montée du jour, 1000m. Allez go on n’est pas venu acheter du terrain ici. Comme la précédente va falloir gérer la bestiasse, montée au train sans affolement mais mon mal de lombaire revient rapidement. Pour la petite histoire j’ai soigné des douleurs le long de cette année et ca allait bien mieux, mais semble t il que les longues ascensions ne sont pas compatibles avec mon dos. La douleur s’intensifiant je n’avance plus, Grlo me met un vent dans l’ascension, pas bon signe. Bon ben pied à terre pour relâcher la pression sur les lombaires, ca fait un bien fou et me permet de repartir. Je répéterai quelques fois cette auto médication salutaire m’enfin j’y laisse du jus ! Et ca monte et je lutte mais à force on aperçoit au loin le col et une longue colonne de fourmi a son ascension. Cool on va faire que marcher et porter et pis fini. Arrivé au pied de la grimpette, wouah ca fait semblant ca monte dru dans le pentu jusqu’au col. Pinaise en fait c’est super dur, on avait fais la semaine précédente du portage à Vicdessos qui s’était super bien passé et la c’est pas pareil papa ! J’ai le cardio qui part en flèche tous les 20m, le portage semblera interminable surtout avec les inévitables « fausses arrivées » et ban tu t’y refiles …Mais une fois arrivée la haut après ces souffrances c’est le kif intégral d’avoir dépassé ses douleurs, d’être dans un paysage qui blaste, des névés, des troupeaux, la montagne je suis sous endorphines je suis bien alors !!! Et maintenant les poulets c’est 1500 de descente. La on est parti pour de longues minutes de 5*, épingles dans du pentu – rhho au début je passe tout, ce panard, bon après je mettrai quelques fois pied à terre car y a du gaz – du rapide, du technique. Bref on s’éclate, Grlo s’en mettra 1 ou 2 tiens. Petite pause en bas pour un sandwich ventrèche plancha, quelle bonne idée. On repart alors dans une descente un poil plus rapide dans encore du single. Encore du 5* !!! Evidemment enflammade de bibi ca roule ca ondule virevolte et dans une sortie de virage rapide je ne sais pas ce qui se passe ma roue de devant se dérobe, le sol est souple avec quelque aiguilles de conifères, et moi part tel superman dans les airs. L’atterrissage est moins gracieux, et même très lourd sur le flanc droit, je tape la tête lourdement aussi sur le sol. Une fois de plus grosse chance dans ma gamelle le sol est souple et y a pas l’ombre d’un caillou, mais j’ai le souffle coupé et un poil dans les vapes. Petite pause de 3 min allongé sur le camin puis renfourche le Yeti qui n’a rien non plus. Bah pas calmé en fait le rythme est vite repris dans le chemin, mais avec beaucoup plus de concentration ! Arrivé en bas la porte on la prend, comme la veille, dans la poire. Pas grave on s’est régalé et on est rincé, direction l’écurie à Bedous. Il est 16h. Au programme, récupération, hydratation, douche froide (brrrrr pas le choix en fait..), et massage mmmmh ca c’est top, papotage à droite à gauche. A 19h pétante on est à table, faut pas déconner quand même, 21h30 extinction des feux, 21h45 dodo …samedi soir …

 

 J3 :
La nuit a encore était bonne et on est bien reposé le matin, niveau cuissots ca tiraille quand même. La nuit a par contre était agité dans le ciel, ô rage, eau partout. Les prévisions à la journée sont moyennasses. Du coup l’orga fait sauter la boucle autour de Sarrance car descente dans la caillasse jugée dangereuse. Soit. Nous rejoignent au départ quelques randonneurs qui font le parcours à la journée. Comme la veille départ assez tranquille, sous un ciel menaçant mais pas humide, avant d’attaquer la grosse bosse du jour un petit 800. Bon au train on monte peinardos avec quelques passages plus raides et un joli passage dans les bois. La pluie arrive, elle ne nous lachera que très peu de la journée du coup. Un petit poussage/portage et nous voila en haut au col de Bouesou. La première descente est humide ca glissouille mais passe assez bien. Faut dire avec le père Grlo c’est hiver on s’y est pas mal filé à manger de la boue Bruniqueliste ! Ensuite viens, à partir de Pirail, une descente qui va se dégrader au fur et à mesure qu’on descend. Au début ca glisse mais bon ca va, puis quelques passages ou il est quasi impossible de tenir le VTT, un coup c’est l’avant qui part la seconde d’après l’arrière, et vers la fin de la desecnte dans une partie qu’à l’air top caviar séche on tombe dans un bourbier infâme, à chaque tour de roue la fourche est bloquée. A l’arrière même histoire la roue se bloque. C’est un truc de dingo. Finalement la partie finale sera roulable ! Direction Sarrance et donc zapping du col de la Launde. Sur le moment au vu de la descente qu’on vient de se faire ben ce n’est pas grave. Pour rejoindre le Tumulus de la Serre il y a une merveille de chemin le long du gave ou tout n’est que relance et serpentage entre les arbres. On y va plein badin c’est excellent ! La bosse du Tumulus de Serre est anecdotique mais nous amène at THE ravito ou un gentil mister plancha nous grille de la ventrèche. Rholalala la saveur de ce simple sandwich enfin « ces » sandwicheS. Allez la dernière montée notable vers le Soum d’Unars, sous un rayon de soleil, est vite avalée. Le rayon de soleil aura était éphémère on prendra une rince au sommet, sans abri aucun, comme je crois n’en avoir jamais pris en VTT, il pleut comme vache qui pisse ! La descente s’apparente plus à de l’hydrospeed qu’a du VTT, j’adore, je m’éclate vraiment comme un gamin à descendre à donf (relatif hein) dans le torrent, l’ex sentier quoi ! On retrouvera au ravito les « Biclous sauvage », Oliver et pote à lui. Il reste une dizaine pour rentrer, ce n’est pas très bosselé et va ressembler à un XC en Amazonie : boue, flaques, passages avec végétation luxuriante … ca roule fort, on a envie de se mettre au sec et enfin d’envoyer de la binouze ! Le stade arrivera vite et la ligne d’arrivée avec : Yesssssssssss on l’a fait ce raid ! Qui plus est cette dernière journée l’aura rendu bien épique.

 

Debrief :

Je n’avais jamais enchainé 3 sorties comme cela, dormi dans des gymnases deglingo, pris des douches froides, me faire bien mal en montée mais surtout kiffer les paysages, les ambiances, les descentes et partager quelques moment bien sympas avec des participants. Le coté « race » on s’en est foutu royal, nous étions là pour finir pas.  La divergence entre les randonneurs et racers, outre leur accoutrement moulant, n’est pas gênante. Les gars font leur course et nous notre rando. L’orga est bien huilée, c’est vraiment nickel au vu des km dénivelés et participants. Donc, globalement très satisfait de mon week pyrénéen et finalement Merci Grlo de m’avoir poussé dans cette aventure !

 

 

 


 
 
- Aperçu des photos -
 Diaporama (28)    Haut de page
mmmh quelle est mimi la chambre  (2)
Départ du samedi matin, il y a encore du monde  (3)
Nous, Maillons Bruniquelistes  (6)
  (0)
  (0)
  (0)
Ravito 1  (0)
Portage démoniaque  (2)
Les peits points sont des VTTistes avec velo sur le dos  (0)
  (0)
Col de Lansatté  (0)
Un peu de neige la haut  (1)
Ca farte les filles !  (4)
Col de Lansatté  (2)
Col de Lansatté  (0)
Y a un plancha de planqué a gauche  (4)
mmmh LE massage  (0)
Ciel menacant   (3)
Ambiance sympa  (0)
  (0)
Montée vers Bouesou  (0)
Ca va glissouiller  (1)
  (0)
Que du bonheur ...  (4)
... si si !  (5)
Meilleur restau du Bearn  (1)
Yes we did it !  (5)
les Biclous sauvages aussi !  (1)
 
pub
 
Chain Reaction Cycles
 
pub
 
 
 
 
 
 
Commentaires et réactions
 
 
 
 Philou646
 Le 03/07/2014 à 19h41.

Je suis venu faire un tour en pédestre samedi vers le col de Bergout, et dimanche j'ai pensé à ceux qui étaient sur le bike, le Béarn comme le Pays Basque c'est vert, vous savez pourquoi maintenant.....

 PAX
 Le 03/07/2014 à 18h19.
Bravo à vous 2 d'avoir bravé le mauvais temps du dimanche ;)
 jekyll31
 Le 03/07/2014 à 14h32.
bravo la team sebastao-grolo !! yes we can
 gilou31
 Le 03/07/2014 à 13h52.

Superbe, merci pour le partage Seb !

 toxdisc
 Le 03/07/2014 à 10h31.

Trop beau, trop fort ! Bravo les gars !

 webmaster
 Le 03/07/2014 à 10h24.

Joli ! Belle virée dans un pays magnifique... Merci pour le partage !

 Chips
 Le 03/07/2014 à 08h45.

Super CR

Et bravo pour votre perf !

 Yves100
 Le 03/07/2014 à 07h40.

Super Sebastao !
Très bon ton CR. Une belle et grande aventure bien vécue.
La montagne à vélo c'est toujours bon.
Bravo à vous deux, avec Yohan c'est une super team.

A la prochaine 

 
 
© plani-cycles.fr - Le site des communautés du Cycle - Mentions légales | Conditions d'Utilisation | A propos | Contact