Non connecté
Se connecter Se connecter
[Visiteurs (14) - Connectés (1) ]
 
Sidobre : remake best of Roland.
 
Par Heretic, le 23/09/2007.
 
Vous n'êtes pas inscrit sur Plani-Cycles.
Vous pouvez toutefois consulter les comptes-rendus, mais pour avoir accès à l'ensemble des informations et à tous les outils du site, créez un compte. C'est gratuit et sans engagement...
 
- Statistiques -
 
Genre : VTT . CR consulté : 3262 fois.
 
 
 
Distance : 42 kms
Dénivelé : 966 m+
Vit. moyenne : 11 km/h
Tps total : 05:30:00
Tps roulage : 03:40:00
Participants : BdA, Heretic, legege, MIT81, riquet81, steven, Eric .
 
Niveau :    Sportif
 
Physique :
Technique :
Paysages :
Fun :
  Moyennes sur 4 note(s).
 
 
- Aperçus - Traces -
 
 
 
Fichiers disponibles :
- Fichier trace REELLE :  Charger ce fichier     Situer sur VTTrack
 
 
- Compte-rendu -
 
 
Encore un coin magique qui m'était jusqu'alors inconnu sur le bike : le Sidobre.
Petit massif montagneux situé à l'est de Castres, c'est le prolongement nord de la montagne noire. Particularité ? Les chaos, sortes de gros rochers posés de ci de là, dont certains défient les lois de la pesanteur. Région superbe qui se prête fort bien à la rando pédestre, nous y voici pour tester le parcours effectué par la Rowel family la semaine précédente.
Nous sommes 7 au départ de Burlats, dans une bruine qui rappelle un temps de toussaint. Heureusement il fait relativement bon, mais que le plafond est bas ! Nous ne distinguons pas les sommets environnants, ceux qu'il nous d'abord atteindre pour rallier Lacrouzette. Cette première portion se fait par un peu de route, puis par de la piste relativement roulante. Idéal pour chauffer les mécaniques. Lacrouzette atteint, l'humidité est omni-présente, un gros brouillard détrempe dame nature et l'ambiance est hivernale. Heureusement notre bande de joyeux drilles ne succombe pas à la mélancolie que pourrait occasionner pareille atmosphère !
Nous traversons vite fait le village, et empruntons les premiers sentiers dans une épaisse forêt de conifères : agréable et large ce premier vrai chemin est plutôt sympathique même si le plateau n'est pas encore atteint malgré la bonne dizaine de kilomètres qu'affiche nos compteurs.
Nous effectuons un crochet par le rocher impressionnant de Peyro Clabado : 780 tonnes (donnée O.T. du Sidobre) de granit en suspension sur un petit pied rocheux ! Surprenante composition naturelle, nous y restons quelques instants à essayer de comprendre pourquoi et comment ça peut tenir...
L'épisode touristique est clos, nous poursuivons les hostilités par un nouveau sentier qui se fait plus intimiste : single joueur et rapide, très praticable malgré l'ambiance aquatique, c'est un pur moment de bonheur. Nous croisons plusieurs VTTistes (j'ai d'ailleurs rarement croisé autant de vélos sur une seule et même sortie !) et poursuivons entre petites marches, virolos rigolos et autres réjouissances pour grands gamins à 2 roues.
Crémaussel et son auberge est rallié, notre but est maintenant le roc de l'oie et ses deux boucles joueuses au programme. Gégé (en grande forme) en profite pour faire le pitre et distraire ses petits camarades d'une belle cabriole qui s'apparente à un OTB vrillé-arrière, enfin j'ai pas vu, on m'a juste raconté :-). Un sentier joueur nous amène au pied du palmipède de granit. La ressemblance avec la bête à foie-gras est frappante. Après une nouvelle pause, nous effectuons une première petite boucle 100% bonheur à escalader ou à slalomer entre les blocs géants. L'atmosphère de coton apporte une touche magique aux lieux : ambiance médiéval-fantastique !
Au deuxième passage nous basculons dans une superbe descente vers l'autre rocher baptisé "trois fromages" eu égard à sa forme, puis poursuivons cette belle dégringolade jusqu'au petit hameau de "Ricard"... Enchantés par cet épisode descendant, nous attaquons maintenant la remontée par un chemin plus cassant, à bon pourcentage. Les plus costauds viennent à bout des obstacles tandis que les autres poussent gentiment leur monture. Difficile remontée, rendue plus délicate par la bruine.
Lorsque le sommet est à nouveau atteint, nous décidons de faire notre pause gastro au pied du roc de l'oie. Philippe nous gratifie d'un excellent petit saucisson, et après un casse-croûte mérité qui nous ravigore bien, nous poursuivons le périple, non sans refaire une nouvelle fois la petite boucle enchanteresse.
D'abord par un chemin assez large après Crémaussel puis rapidement en mono-trace, nous regagnons le GR36, que nous nous contentons d'abord de couper pour faire une première boucle au sud, sous les chataîgners sur de très beaux sentiers. Cette boucle est assez exigeante physiquement, beaucoup de faux-plats sont au menu, et le sol assez meuble dans cette portion, rend la progression plus ardue que jusqu'ici.
Mon GPS complètement à l'ouest (brouillard, humidité, végétation ?), nous rend la tâche plus pénible et nous jardinons quelque peu. Heureusement que Philippe a pris son Edge, dont la réception est meilleure que celle du Geko. Nous sortons de cette boucle après une ou deux petites hésitations, mais regagnons finalement le GR. Nous le quittons de nouveau pour faire un détour par la "tombe de l'homme" sur un superbe sentier joueur, mais plus gras.
Un peu de route nous ramène sur le haut du lac du merle. Puis nous dévalons un nouveau sentier à profil plutôt descendant. Un ultime effort va nous permettre de regagner le haut de la descente du "saut de la truite". Cependant, nous faisons une dernière pause touristique près du rocher du Verdier, puis nous mettons les gaz, direction la vallée !
D'abord un chemin assez large de terre battue, sous les sapins, un ou deux petits sauts, puis les choses se pimentent un peu avec l'apparition de virages relevés en goulotte. Le sentier slalome maintenant en de gros virolos entre les arbres. Ca devient plus technique. Gégé et Riquet se tirent une bourre de tous les diables. A l'occasion de pauses photos, je ne vois que des sourires sur les visages des riders qui défilent devant mon objectif. Une chose est claire, cette descente est terrible ! Les virages sont maintenant serrés, la terre battue s'est trouée de dalles et rochers en granit et surtout le pourcentage est devenu plus important. Ca bastonne vraiment et le granit humide ne se lie pas d'amitié avec le caoutchouc de nos crampons, certains passages sont chauds chauds, il faut vraiment bien négocier les passages rocheux.
Malgré le peu de répit qu'offre un replat, un affreux cabot nous incite à passer La Ferrière vite fait. Et nous poursuivons cette longue descente en empruntant une piste large mais ô combien dangereuse. Revêtue de cailloux costauds qui font bondir le vélo où bon lui semble, Eric en fera malheureusement les frais, c'est avec plaisir que nous la délaissons pour un dernier petit single bien étroit. Et déjà Burlats est là en bas. Prudence tout de même sur ce joli mono étroit : la marge d'erreur est mince car sur la droite le trou béant sur la vallée semble bien profond !
Retour au parking environ 5h30 après l'avoir quitté. 42kms et à peine 1000d+, mais la fatigue est bien là. Nous finirons tous ensemble cette sympathique journée devant un petit rafraîchissement à l'auberge du coin.
Le spot est top ! les sentiers joueurs sont nombreux, le décor souvent en forêt est grandement dopé à coups de chaos plus surprenants les uns que les autres. Quant à la descente finale, elle conjugue tous les aspects que peut prendre une descente : d'abord rapide, puis des virages relevés, du technique, des passages trialisants, bref à faire absolument ! Du vrai bonheur, à refaire dans la même super ambiance, mais si possible par temps dégagé et granit sec ;-)

Un petit coucou et merci à Zhardhal et Rowel, sans les traces de qui nous n'aurions pu refaire ce beau parcours ;-)
 
 
- Aperçu des photos -
 Diaporama (38)    Haut de page
Rdv à Burlats  (2)
Peyro Clabado  (0)
Impressionnant rocher !  (0)
Même Riquet fait minus à côté ;-)  (0)
Eric, en chemin vers le roc de l'oie  (0)
Heretic : on dirait pas mais ça monte.  (0)
Legège au milieu des chaos  (0)
Le terrain est joueur  (0)
L'oie dans le brouillard  (0)
Dans la petite boucle ludique au départ de l'oie  (0)
Gégé visite les buissons  (1)
Philippe en descendant vers "3 fromages"  (0)
Riquet s'élance dans la chicane...  (0)
...talonné par Eric  (1)
Eric, en remontant après Ricard (le lieu-dit, et pas l'apéro ;-))  (0)
Riquet en mode "finesse"  (1)
Mit81, 'sont forts ces revelois !  (3)
Pas le même style : à l'arrache, juste avant de mettre pied à terre !  (0)
On n'est pas bien là, à la fraîche ... ?  (1)
Pique-nique sous l'oie !  (0)
Les blocs de granit incitent à jouer... quand c'est sec !  (1)
Eric, à donf !  (0)
Le rocher du Verdier  (0)
Legège bien en cannes !  (1)
Steven en haut du "saut de la truite"  (1)
Philippe  (3)
Et mit81.  (0)
Folle ambiance !  (0)
Steven concentré sur son sujet  (0)
Mit, idem. Ici mieux vaut être prudent !  (0)
Philippe plus serein.  (0)
L'une des deux "flèches d'argent" décrites un peu plus haut par Riquet :-)  (0)
Eric, bon train !  (0)
Mit81, un des derniers virages avant l'épisode "cassant" de la descente.  (0)
Le binôme n'est jamais loin.  (0)
Bananas on all the faces...  (0)
Et voilà : Burlats nous attend...  (0)
Après un dernier petit tunnel de buis.  (4)
 
Chain Reaction Cycles
 
pub
 
pub
 
 
 
 
 
 
Commentaires et réactions
 
 
 
 
 Le 13/10/2007 à 19h34.
Je découvre les photos avec retard. Merci Laurent, c'est très sympa. C'est marrant tout ce brouillard, je garde de cette sortie un si bon souvenir que je ne me rappelle qu'il faisait si mauvais.
 Heretic
 Le 27/09/2007 à 13h48.
Clair, un gégé en forme olympique !!!
 riquet81
 Le 26/09/2007 à 19h22.
ce ne fut que du bonheur un mal de bide grace au gégé déchainé et une équipe très conviviale même si il nous a fallut mécaniquer sur le spad à steven remarquez c'est pas ça faute son bike sort de révision chez un velociste toulousain et la nouvelle tendance est de ne pas visser les manivelles sur une jambe le gazier c'est du costaud...
 Rowel
 Le 25/09/2007 à 10h44.
Vous n'avez pas eu de bol avec le temps, le Sidobre c'est plus fun sur le sec le granit a un grip terrible on peut monter sur tous les rochers, il faut y passer un peu de temps (et de peau!) pour progresser ;)
Et puis même quand il fait 30° en plaine là haut il fait bon rouler !
Et pour les paysages il faudra repasser, bref, plein de raisons d'y revenir :)
 legege
 Le 24/09/2007 à 18h47.
Superbe rando, un vrai régal. J’ai mis 8 pour le fun car mes zygomatiques ont autant fonctionné que les jambes (la faute à qui ? Je me le demande !). Et puis 7 en technique, car les descentes en y mettant le rythme c’est rock n’ roll, surtout sur le granit humide. Hein ! Riquet ;-))
 MIT81
 Le 24/09/2007 à 17h31.
Super journée en votre compagnie...rigolade, il ne manquait plus que le temps...
 jpr31
 Le 24/09/2007 à 15h44.
bravo ! avec les photos ... de belles images reviennent ... gouté et approuvé, c'est miam !!
 
 
© plani-cycles.fr - Le site des communautés du Cycle - Mentions légales | Conditions d'Utilisation | A propos | Contact